Les normes de marquage au sol pour un portail automatique permettent de délimiter une aire de débattement afin de sécuriser la zone d’entrée de l’habitation. L’Union européenne, aujourd’hui deuxième acteur mondial sur le marché du portail automatique doit faire face à une demande croissante dans ce secteur de la part de professionnels comme de particuliers. À usage intensif, différentes réglementations comme la EN 13241-1 ou le code de la construction et de l’habitation sont alors venues encadrer son utilisation. L’objectif ? Un fonctionnement optimal en toute sécurité des portails motorisés.  

La norme de marquage au sol européenne EN 13241-1 

Le portail automatique coulissant à battant ou vantaux doit respecter différentes normes de sécurité et notamment de marquage au sol. La réglementation EN 1341-1 ainsi que le code de la construction et de l’habitation définissent tous deux les normes du marquage au sol des portails avec une motorisation intégrée. Ainsi le portail automatique est soumis à différentes obligations : 

  • le portail motorisé ne doit pas cisailler ; 
  • le portail automatisé ne doit pas écraser ; 
  • les portes de garage automatiques ne doivent pas pincer ; 
  • les portes et portails automatiques ne doivent pas entraîner une personne physique. 

Tous les portails coulissants et battants dotés d’un système de motorisation doivent aussi être équipés de sécurités de façon à prévenir la survenance d’un danger. Il est également nécessaire de contrôler et entretenir l’appareillage au quotidien afin de maintenir sa performance. 

L’article R125-3-1 du code de la construction et l’habitation

L’article R125-3-1 du code de l’habitation dispose que l’installation de porte automatique doit satisfaire différentes exigences : 

  • la porte de garage est solidaire de son support ; 
  • un système de sécurité pour les différents types de motorisation doit pouvoir interrompre à tout moment le mouvement d’ouverture et de fermeture ; 
  • en présence de systèmes de motorisation défectueux, il est possible d’interrompre les fermetures automatiques et ouvertures du système ; 
  • l’aire de débattement doit être éclairée et faire l’objet d’un marquage au sol ;
  • les mouvements doivent être signalés par un feu orange clignotant ; 
  • la porte doit pouvoir être manœuvrée de l’intérieur comme de l’extérieur afin de dégager une éventuelle personne bloquée.

Cette réglementation encadre donc de façon générale l’installation, l’usage du portail et le contrôle d’accès tout en apportant des précisions concernant les normes de marquage au sol pour un portail automatique. 

Les caractéristiques du marquage au sol 

Qu’il s’agisse de portes coulissantes ou battantes, les normes de marquage au sol pour un portail automatique permettent de délimiter l’aire de débattement. Cela revient à identifier la zone sur laquelle il est impossible de stationner. Imposé par le code de la construction et de l’habitation, ce marquage se caractérise par des bandes obliques de 45° jaunes et noires contenant 50 % de chaque couleur. Les bandes peuvent être peintes ou encore collées.

Délimiter son aire de débattement 

L’aire de débattement d’une porte correspond à la surface devant laquelle la porte s’ouvre. Elle doit atteindre une hauteur minimale de 2,5 m au-dessus du sol et compter 20 cm dans toutes les autres directions. Ces dimensions permettront d’accéder au portail automatique tout en visualisant l’aire de débattement à ne pas franchir. 

Les normes EN 13241-1 ainsi que le code de la construction et de l’habitation définissent donc les normes de marquage au sol pour un portail automatique afin de maintenir la sécurité de leurs usagers. L’acquisition de ce type de portail automatisé nécessite également de faire appel à un professionnel qualifié aussi bien dans votre démarche d’achat que de la mise en service de l’équipement. 

Vous souhaitez réaliser l’installation de votre portail automatique ? Avec Espace Clôture étudions ensemble la conception de votre projet.